commentaires 2

Nicolas Vaudelet : « Chacun peut trouver son histoire à Séville »

Créateur de mode et amoureux de Séville, Nicolas Vaudelet a travaillé chez Dior, Sonia Rykiel ou encore Jean-Paul Gaultier. Apparu à Sète, où il passe son adolescence, son amour pour l’Espagne se développe à Paris, chez Christina Lacroix, sous l’influence des airs de zarzuela et des peintures de Zurbarán et de Goya d’où le couturier puisait l’inspiration pour ses collections. Plus tard, c’est en apprenant à danser les sevillanas à Paris que le coup de foudre avec Séville se produit. Décidé à partir vivre dans la capitale d’Andalousie, Nicolas saisit la chance de travailler en tant que directeur artistique pour une vénérable maison sévillane.

Entre Paris et sa Bretagne natale, où il vient de s’installer, Nicolas et moi divaguons au téléphone sur le rôle des écrivains et des artistes français dans l’élaboration, depuis le XIXe siècle, du mythe andalou, sur l’influence de l’Espagne dans la mode et, bien sûr, sur une ville dont les charmes (sons, parfums, couleurs) continuent de fasciner.

Nicolas Vaudelet.

2 Comments

  1. Ollivier

    Bonjour
    Échange téléphonique et personnalité très intéressants, merci de nous avoir fait partagé ces quelques minutes passionnantes.
    J’y retourne mon propre sentiment, mes impressions à la découverte de Séville, notamment sur les parfums et sons qu’on n’entend nul part ailleurs. Le côté patchwork coloré.
    Je connais aussi bien Sète, et ce qu’il en dit je le partage également tout à fait.
    Bravo et Merci encore pour ces découvertes sonores !

    • alex

      Merci de votre message. En effet, Nicolas Vaudelet livre une belle réflexion sur Séville et sur ses rapports avec la France et les Français.
      Alejandro

Répondre