Hotel Posada del Lucero

19/02/2018

 

 

FRANÇAIS En plein centre-ville mais loin du bruit et de l’agitation, cet hôtel occupe une auberge du XVIe s. L’aménagement a conservé la simplicité et la fraîcheur des lieux, si caractéristiques de l’architecture populaire andalouse, tout en y ajoutant une couche de modernité. Le patio principal est décidément chic, avec ses meubles design et ses colonnes de marbre blanc. D’anciennes affiches de la Feria de Séville ornent certains angles. Une belle métaphore de cette ville : l’ancien et le nouveau côte à côte. On se sent bien dans cet espace lumineux, apaisé. Les employés de l’hôtel s’affairent tout autour, caressant le silence de leurs chuchotements. Au dernier étage, la terrasse ouvre sur le ciel d’Andalousie, avec en toile de fond le fronton d’inspiration grecque de l’édifice des Archives Municipales. Une petite piscine et une enfilade de transats complètent ce cadre épuré, où il est possible de s’installer prendre un verre. De leur côté, les chambres sont fonctionnelles et bien équipées. La mienne a un mur en pierres apparentes qui rappelle l’ancienneté de la maison. Pas de gadget superflu, pas de décoration tape-à-l’œil. Ici, le luxe vit dans la subtilité et le calme. Le lendemain matin je prends un petit déjeuner léger et savoureux dans une salle ouvrant sur le patio. Le personnel se montre professionnel et détendu, arborant un sourire tout sévillan. Avant de quitter l’hôtel, je me sers un verre d’eau fraîche du botijo mis à disposition par la maison, comme sans doute faisaient déjà les voyageurs au XVIe s. Retrouver le goût de l’histoire. Ça aussi c’est le luxe.

 

 

ENGLISH Right in the city center but far from the noise and the hustle and bustle, this hotel occupies a 16th century inn. The layout has kept the original simplicity and freshness, so characteristic of the popular Andalusian architecture, while adding a layer of modernity. The main patio is decidedly chic, with designer furniture and white marble columns. Old posters of the Feria de Sevilla adorn some angles. A beautiful metaphor for this city: the old and the new side by side. It feels good in this bright, soothed space. Hotel employees are busy all around, caressing the silence with their whispers. On the top floor, the terrace opens onto the Andalusian sky, against the backdrop of the Greek-inspired pediment of the Municipal Archives building. A small pool and a series of deckchairs complete this sleek setting, where it is possible to settle down for a drink. Rooms are functional and well equipped. Mine has a stone wall that recalls the age of the house. No superfluous gadget, no flashy decoration. Here, luxury lives in subtlety and calm. The next morning I take a light and tasty breakfast in a room opening on the patio. The staff is professional and relaxed, with a Sevillian smile. Before leaving the hotel, I have a glass of fresh water from the botijo ​​made available by the house, as no doubt already made travelers in the sixteenth century. Find the taste of history. That too is luxury.

 

 

 

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *