La Bienal de Flamenco

09/08/2016

Vous serez à Séville au mois de septembre? La Bienal de Flamenco est le rendez-vous incontournable de la rentrée. Comme tous les deux ans, la tradition la plus pure et l’avant-garde la plus expérimentale feront vibrer la capitale andalouse pendant 30 jours. Festival de référence au niveau international, la Bienal convoque les artistes les plus importants du monde flamenco et permet de se faire une idée de la richesse de cet art en constante évolution. Du chant gitan le plus orthodoxe aux recherches conceptuelles des jeunes générations, les spectacles investiront les trois grands théâtres de la ville (Maestranza, Central et Lope de Vega), ainsi que des espaces rares, comme l’église de San Luis ou le cloître de Santa Clara. Voici mes coups de coeur au programme de cette 19e édition.

bienal_2016-730x1024

EXPERIMENTATION

Carta Blanca. Le flamenco contemporain du danseur sévillan Andrés Marín se produira au Teatro Central. Dimanche 11 septembre et 2 octobre.

Apariencias. L’immense Eva la Yerbabuena investit le théâtre de la Maestranza avec un spectacle où la danse de tradition se fond avec la modernité. Lundi 12 septembre.

Bailables. Estévez/Paños y Compañía. Les enfants terribles de la danse espagnole corégraphient des musiques rares, pas destinées à être dansées. Teatro Central. Dimanche 19 septembre.

 

TRADITION

Gritos de guerra. Hommage au quartier de Triana à Séville, un des berceaux du flamenco, dans les voix d’artistes de tradition. Hotel Triana. Jeudi 15 septembre.

Tierra Lorca. Ballet flamenco de Andalucía. La compagnie de danse de la région rend hommage à García Lorca à travers des musiques populaires reccueillies par le poète. Teatro de la Maestranza. Lundi 19 septembre.

Manuel Moneo. Ce cantaor descend d’une des dynasties les importantes du flamenco. Iglesia de San Luis de los Franceses. Vendredi 30 septembre.

Contra las cuerdas. Marina Heredia, cantaora de Grenade, s’entoure des six des meilleurs guitaristes du moment. Teatro Lope de Vega. Samedi 1er octobre.

 

A FLEUR DE PEAU

Yo vengo de Utrera. Flamenco authentique et sans concessions dans cette réunion d’artistes originaires d’Utrera, ce petit village où le chant et la danse ont toujours fleuri. Cloître du monastère de Santa Clara. Lundi 12 septembre.

Yo Carmen. María Pagés, la danseuse sévillane aux bras infinis, met en scène une Carmen entre ombre et lumière, entre réalité et rêve. Teatro de la Maestranza. Mercredi 14 septembre.

Rocío Márquez et Fahmi Alqhai. La jeune cantaora et le musicien d’origine syrienne nous emmènent dans un voyage aux origines du chant flamenco. Le cadre: la plus baroque des églises de Séville. Magie assurée. Dimanche 11, 18 et samedi 24 septembre, et dimanche 02 octobre. Iglesia de San Luis de los Franceses.

Una improvisación de… La prodigieuse Rocío Molina improvisera sa danse pendant quatre heures sur la scène du Teatro Central. Un spectacle où le public pourra interagir avec l’artiste. Samedi 1er octobre.

 

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *